Areva, nucléaire, hausse des tarifs : le PDG d'EDF poursuit ses annonces

Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF, a fait plusieurs annonces.

Jean-Bernard Lévy multiplie les annonces sur la stratégie d'EDF depuis début septembre.

Invité à s’exprimer sur l’actualité d’EDF par Europe 1, Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe, a de nouveau fait quelques annonces importantes pour les investisseurs et les consommateurs d’électricité.


Jean-Bernard Lévy poursuit son pèlerinage médiatique jalonné d’annonces. Le patron d’EDF était l’invité du Grand Rendez-vous d’Europe 1/Le Monde/Itélé ce dimanche 18 octobre. Répondant aux questions de Jean-Pierre Elkabbach, il a multiplié les déclarations sur le prix de l’électricité, le nucléaire et Areva.

Prix de l’électricité : “une augmentation nécessaire”

“Augmenter, oui, augmenter fortement, non”, explique le PDG d’EDF, qui précise que “cette année, l’augmentation est de 2,5%, c’est que ce nous avions demandé”. Jean-Bernard Lévy ajoute que les tarifs devront “augmenter un petit peu chaque année”

Le parc nucléaire est encore jeune, mais il va falloir un peu plus d’argent pour le rénover, le maintenir et rallonger sa durée de vie”. "Les hausses seront décidées par le gouvernement", rajoute-t-il, avant de comparer la facture des ménages français et allemands : “les Allemands payent 88% de plus que les Français à consommation identique”. 

Nucléaire : “investir 50 milliards dans nos centrales”

Le PDG d’EDF veut “rallonger la durée de vie du parc nucléaire” français, actuellement d’une quarantaine d’année. Jean-Bernard Lévy veut prolonger celle-ci jusqu’à 50 ou 60 ans. Pour cela, l’entreprise va "investir 50 milliards d’euros sur une bonne dizaine d’années”. 

En ce qui concerne le chantier de l’EPR de Flamanville, qui cumule retards et coûts supplémentaires, le patron du groupe a assuré qu’il serait achevé dans trois ans : “c’est un chantier difficile, mais on en voit la fin”. 

Le chantier de l'EPR de Flamanville terminé dans trois ans.

Le chantier de l'EPR de Flamanville sera terminé dans trois ans, selon le PDG d'EDF.

Areva NP : “rachat à 51% confirmé pour fin 2016”

Le chantier de l'EPR finlandais commais de nombreux retards.

L'EPR finlandais d'Olkiluoto. Pour Areva, un investissement qui plombe les comptes du groupe.

Nécessaire au sauvetage financier du fleuron français du nucléaire, le rachat par EDF de la filiale NP d’Areva, en charge des réacteurs atomiques, se conclura fin 2016 avec la cession de 51% du capital de la branche à l’électricien. 

Le montant préliminaire de l’opération est estimé à 2,7 milliards d’euros, selon Jean-Bernard Lévy, qui explique la situation délicate d'Areva par une succession de mauvaises décisions : “la fourniture d'un contrat clé en main en Finlande [l’EPR d’Olkiluoto, ndlr] et l'achat d'une mine d'uranium dont la teneur était insuffisante”. Le PDG d’EDF s’est voulu rassurant sur le maintien de l’emploi dans la filiale NP : “[nous allons] faire en sorte de maintenir les compétences dans la durée”.

Mis à jour le