Bonus-malus et assurance auto : simulation en ligne

Définition et calcul du bonus-malus en matière d'assurance auto

Le coefficient bonus-malus récompense chaque année les bons conducteurs et pénalise ceux qui ont occasionné un ou plusieurs sinistres. Comment calcule-t-on le bonus-malus ? Au bout de combien de temps récupère-t-on son bonus ? Que se passe-t-il en cas d’accident non responsable ? Notre guide vous informe sur le coefficient de réduction majoration, encore assez mal connu par la majorité des assurés.

simulateur bonus malus

Devis Assurance Auto

Obtenez un devis gratuit d'assurance voiture en moins de 5 minutes.

Coefficient bonus-malus : définition

assurance bonus malus

Également appelé coefficient de réduction-majoration, le bonus-malus est un système de majoration ou de réduction de votre prime d’assurance compris entre 0,50 et 3,50.

Le coefficient bonus-malus n’est pas fixe et évolue chaque année selon le nombre et la nature des sinistres que vous avez déclarés au cours des douze derniers mois consécutifs précédant de deux mois la date d’échéance annuelle du contrat.

Aussi, si l’échéance annuelle de votre contrat d’assurance auto est fixée au 30 avril, votre assureur considérera votre sinistralité de février à février. Un accident qui surviendrait en mars serait donc pris en compte pour l’année suivante.

Comment calculer son bonus-malus ?

Au moment de souscrire votre contrat d’assurance auto, votre coefficient de base est de 1. Comme nous l’avons vu précédemment, celui-ci est amené à évoluer selon un barème commun à tous les assureurs fixé par le Code des assurances (annexe de l’article A121-1). Ainsi :

  • En l’absence d’accident au cours de l’année écoulée, vous obtenez un bonus, lequel entraîne une réduction de votre prime d’assurance annuelle ;
  • Si vous avez eu un ou plusieurs accidents responsables, un malus vous est infligé et votre cotisation augmente.

Le bonus-malus s’applique à la prime de référence déterminée avec votre assureur au moment de la souscription de votre contrat d’assurance auto.

Simulateur bonus-malus : le tableau explicatif

Le tableau suivant représente l’évolution de la prime d’un assuré. Au bout de 13 ans sans sinistre, il pourra bénéficier d’un bonus de 0,50, soit une diminution de 50 % de sa prime d’assurance.

Calcul du coefficient bonus-malus en assurance auto
Années Calcul de coefficient Pourcentage de la prime de référence
1ère année coefficient de départ 0%
Après 1 an sans accident responsable 1 x 0,95 = 0,95 5%
2ème année 0,95 x 0,95 = 0,90 10%
3ème année 0,90 x 0,95 = 0,85 15%
4ème année 0,85 x 0,95 = 0,80 20%
5ème année 0,80 x 0,95 = 0,76 24%
6ème année 0,76 x 0,95 = 0,72 28%
7ème année 0,72 x 0,95 = 0,68 32%
8ème année 0,68 x 0,95 = 0,64 36%
9ème année 0,64 x 0,95 = 0,60 40%
10ème année 0,60 x 0,95 = 0,57 43%
11ème année 0,57 x 0,95 = 0,54 46%
12ème année 0,54 x 0,95 = 0,51 49%
13ème année 0,51 x 0,95 = 0,48 50%

Bonus-malus : les informations à connaître

calcul bonus malus

  • Votre malus disparaît après 2 ans sans sinistre. Vous revenez alors à votre coefficient de départ égal à 1 ;
  • si vous avez le bonus maximum depuis minimum 3 ans, aucun malus ne vous sera infligé lors de votre 1er accident responsable ;
  • la majoration maximum de votre prime d’assurance est de 400%, soit un malus maximum fixé à 3,5 ;
  • au terme de 13 années consécutives d’assurance sans aucun sinistre responsable, vous pouvez atteindre le bonus maximum de 0,50, soit une réduction de 50% sur votre prime d’assurance auto de départ;
  • si vous utilisez votre véhicule dans le cadre d’une activité professionnelle (infirmiers, médecins, agents commerciaux, etc.), vous bénéficiez d’une majoration de 20% au lieu de 25% en cas d’accident responsable, de 10% au lieu de 12,5% en cas de responsabilité partielle ;
  • le coefficient bonus-malus ne s’applique pas pour les véhicules de chantier, les engins agricoles ou forestiers, les véhicules dont l’immatriculation remonte à plus de 30 ans ;
  • même si vous avez prêté votre véhicule, en cas de sinistre, c’est vous qui supportez la majoration ;
  • un jeune conducteur assuré en qualité de conducteur secondaire ne récupère pas le bonus du conducteur principal. Malgré tout, ses années sans sinistre seront prises en compte au moment de souscrire une assurance auto en tant que conducteur principal ;
  • une circonstance aggravante (alcoolémie, délit de fuite, fausse déclaration, etc.) peut engendrer un malus supplémentaire en cas de sinistre responsale ;
  • votre coefficient de réduction-majoration est transféré sur tout véhicule supplémentaire assuré ;
  • chaque année, à la date d’échéance de votre contrat, votre assureur doit vous transmettre votre relevé d’informations sur lequel figure votre coefficient bonus-malus.

C'est quoi un malus en assurance auto ?

assurance auto bonus malus

Le malus, qui est appliqué aux conducteurs responsables d’un accident, consiste en une augmentation de leurs cotisation de leur assurance auto.

Calcul du malus

Pour chaque sinistre responsable, votre assureur augmente votre prime (calculée en fonction de votre profil et de votre véhicule) de 25%.

Pour calculer votre nouveau coefficient, vous devez multiplier votre coefficient d’avant l’accident :

  • Par 1,25 pour un sinistre responsable ;
  • par 1,125 pour chaque sinistre partiellement responsable.

Votre prime s’élève à 700 euros. Vous occasionnez un accident, vous êtes donc, du point de vue de votre assurance, responsable. Votre bonus-malus est multiplié par 1,25. 1,25 x 700 = 875 euros. Votre nouvelle prime d’assurance s’élève à 875 euros. Dans le cas d’un sinistre partiellement responsable, on multiplie : 700 x 1,125 = 787,50. Votre nouvelle prime d’assurance s’élève à 787,50 euros.

Les situations n’entraînant pas de malus

Il existe des situations pour lesquelles vous ne serez pas malussé, et ce quelles que soient les circonstances :

  • Votre véhicule a été endommagé sur la voie publique alors que vous étiez correctement stationné. Toutefois, votre assureur couvrira les frais de réparations uniquement si vous avez souscrit une assurance tous risques ;
  • Si le sinistre implique une de ces garanties : vol, incendie, bris de glace.

Malus et résiliation du contrat d’assurance auto

Même si vous mettez fin au contrat qui vous lie à votre assureur, vous conservez votre coefficient de bonus-malus. Cela est également valable en cas de changement de véhicule ou l’achat d’un véhicule supplémentaire.

Si vous souhaitez changer d’assurance auto, vous devrez transmettre à votre nouvel assureur votre relevé d’informations mentionnant les sinistres des 5 années précédentes ainsi que le taux de votre coefficient. Ces informations essentielles serviront de base pour le calcul de votre nouvelle prime d’assurance auto.

Envie de résilier votre contrat d’assurance actuel ? La première chose à faire est une demande de devis d’assurance auto en ligne. En quelques minutes, vous aurez accès à plusieurs offres du marché. Libre à vous de choisir celle que vous souhaitez souscrire, en fonction de votre budget et des garanties proposées.

Comment fonctionne le bonus assurance auto ?

Pour chaque année contractuelle sans avoir déclaré de sinistre, vous bénéficiez d’une baisse de 5% sur votre prime d’assurance auto.

Pour calculer votre nouveau coefficient, vous devez multiplier votre coefficient d’avant l’accident par 0,95. Le coefficient est arrondi par défaut à 2 chiffres après la virgule.

Votre prime de base s’élevait à 1000 euros. Après 2 années sans sinistre, vous bénéficiez d’un bonus de 0,90. 1 000 x 0,90 = 900. Votre nouvelle prime d’assurance s’élève à 900 euros. Après 3 années sans sinistre : 0,90 x 0,95 = 0,85 / 0,85 x 1000 = 850. Votre nouvelle prime d’assurance s’élève à 850 euros.

Comment évolue le coefficient bonus-malus ?

Calcul bonus malus : Comment évolue le coefficient bonus-malus ?

Le coefficient au moment de la souscription de votre premier contrat d’assurance est toujours égal à 1,00. Celui-ci évolue à chaque échéance annuelle en fonction du nombre d’accidents commis durant l’année écoulée.

Pour bien comprendre comment évolue le coefficient bonus-malus, il faut distinguer deux situations :

  • Une année passée sans aucun sinistre ;
  • Une année passée avec un ou plusieurs sinistres à votre actif.

Une année sans sinistre

Après une année de couverture, votre assureur recalcule votre prime d’assurance. Si vous n’avez pas déclaré d’accident, vous obtiendrez une réduction de 5 pour cent. Votre coefficient bonus-malus passe alors à 0.95.

Si vous payiez 1 500€ d’assurance auto, après une année sans accident, le montant de votre nouvelle prime s’élèvera à 1 425 euros.

Comptez 13 années sans aucun sinistre responsable pour atteindre un coefficient bonus-malus de 0,50 et pouvoir espérer une réduction de 50 % sur votre prime d’assurance initiale.

Une année avec un ou plusieurs sinistres

Le malus est calculé en fonction de votre part de responsabilité de l’accident :

  • 12,5 % si vous partagez la responsabilité avec un tiers. La prime de votre assurance auto sera multipliée par 1,125 ;
  • 25 % si vous êtes totalement responsable. Dans ce cas, votre prime sera multipliée par 1,25.

Vous avez un coefficient bonus-malus de 0,76 (soit un bonus de 24%). Vous payez votre prime d’assurance auto 500 €/an. Vous avez un accident dont êtes totalement responsable. Une majoration de 25 % vous est appliquée sur votre bonus ainsi que sur votre prime d’assurance. Votre coefficient passe donc à : 0,76 x 1,25 = 0,95 et votre cotisation à : 500 x 1,25= 625 €.

Bien évidemment, chaque accident provoque du malus. Il est donc tout à fait possible d'être pénalisé au cours d’une même année contractuelle. Si vous causez plusieurs accidents au cours de la même année, votre coefficient est multiplié par 1,25 autant de fois qu’il y a eu d’accidents, sans pour autant pouvoir dépasser 3,50.

Bonus-malus et jeune conducteur

calcul bonus malus : bonus assurance auto

Si vous êtes un conducteur novice, vous commencez, comme tout autre assuré, avec un coefficient de 1,00 qui augmente ou diminue chaque année. Pour le calcul du coefficient de réduction-majoration, c’est pareil :

  • + 5 % de bonus en cas d’absence de sinistre ;
  • 12,5 % de malus en cas de sinistre partiellement responsable ;
  • 25 % de malus en cas de sinistre 100 % responsable.

Se voir attribuer du malus peut donc être très handicapant pour un jeune conducteur, déjà « pénalisé » par une surprime du fait de son statut de conducteur à risque. En outre, être un jeune conducteur malussé réduit les possibilités de réassurance lors d’un éventuel changement d’assureur ou de résiliation.

Changer d’assureur auto chaque année peut alors être une solution pour pouvoir faire jouer la concurrence et trouver un tarif plus intéressant. Attention, il ne faut tout de même pas oublier que le coefficient bonus-malus n’est pas lié à un contrat d’assurance, mais à l’assuré.

Bonne nouvelle : il existe d’autres astuces pour payer moins cher votre cotisation d’assurance jeune conducteur. Quelles sont-elles ?

  • La conduite accompagnée : passer son permis dans le cadre de la conduite accompagnée rassurent les assureurs qui seront prêt à faire baisser votre surprime de moitié ;
  • S’assurer en tant que conducteur secondaire sur le contrat des parents ou du conjoint : cette solution est idéale si vous n’utilisez pas beaucoup la voiture. Vous pourrez ainsi acquérir de l’expérience en tant qu’automobiliste tout en faisant de grosses économies ;
  • Négocier avec l’assureur des parents, de l’habitation, etc. : si vos parents sont assurés depuis un moment chez le même assureur et qu’ils ont de bons antécédents, n’hésitez pas à mettre cela en avant au moment de souscrire une assurance jeune conducteur. Vous pourriez bénéficier d’une réduction de prime allant jusqu’à 30 % ;
  • L’assurance au tiers : si votre voiture n’est pas très récente, opter pour un contrat d’assurance au tiers sera amplement suffisant pour vous couvrir ;
  • Les contrats spécialement dédiés aux jeunes permis : faites le tour des assureurs et ouvrez bien l’œil. Certains proposent des réductions de primes pour les conducteurs de moins de 25 ans ;
  • L’assurance au kilomètre : vous ne payez que pour les kilomètres réellement parcourus. La solution à choisir si vous roulez moins de 8 000 kilomètres dans l’année.

Vous venez d’obtenir votre permis et souhaitez rouler au plus vite ? La première chose à faire est une demande de devis d’assurance auto jeune permis en ligne. En quelques minutes, vous aurez accès à plusieurs formules dédiées. Libre à vous de choisir celle que vous souhaitez souscrire, en fonction de votre budget et des garanties proposées.

Bonus-malus et accident responsable : que faire ?

En cas d’accident responsable, nous l’avons vu, une majoration de 25 % est appliquée à votre prime d’assurance auto.

Comment récupérer son bonus après un sinistre responsable ? Le calcul du bonus-malus et son fonctionnement est fixé par la loi, vous n’avez donc pas d’autre choix que d’attendre et d’être très vigilant au volant.

Sachez tout de même que, quel que soit le niveau de votre malus, celui-ci disparaîtra au bout de deux années sans accident responsable ou partiellement responsable. Vous revenez alors à un coefficient bonus-malus de 1,00, comme à vos débuts.

Enfin, autre paramètre important : si vous êtes au bonus maximum depuis au moins 3 ans, votre premier accident n’occasionnera aucun malus, cela même si vous êtes déclaré responsable.

Bonus-malus et accident non responsable : que faire ?

Lorsque survient un sinistre, vous remplissez un constat amiable. Les informations fournies dans permettront à votre assureur de déterminer votre part de responsabilité dans le sinistre.

Bonne nouvelle : en cas d’accident non responsable, votre coefficient bonus-malus ne variera pas. L’assureur du tiers responsable vous indemnisera à la hauteur des dommages causés à votre véhicule et le cas échéant, à vous-même.

Si votre assureur vous juge responsable et que vous n’êtes pas d’accord avec lui, vous devez en apporter la preuve pour que votre coefficient de réduction-majoration ne soit pas majoré.

Bonus-malus et changement d’assureur

calculer son bonus malus

Tout assuré d’un véhicule à moteur conserve son coefficient bonus-malus au moment de changer d’assurance. Le montant de votre prime reste, lui, à la discrétion de l’assureur, selon votre profil et la formule choisie pour assurer votre véhicule.

Sachez que votre assureur peut tout à fait résilier votre contrat d’assurance auto si vous avez eu trop de sinistres.

Une fois l’assuré résilié, vous êtes considéré comme « profil à risques ». Retrouver un assureur qui accepte de vous couvrir s’avère alors un véritable parcours du combattant. De surcroît, si vous le trouvez, la cotisation appliquée sera majorée d’une surprime.

Souvenez-vous : changer d’assureur ne vous fera pas perdre votre coefficient bonus-malus !

Certains assureurs spécialisés dans les profils à risque proposent des contrats spécifiques pour les conducteurs résiliés et/ou malussés. Principal avantage : les tarifs proposés sont généralement bien moins agressifs que les assureurs traditionnels. Pensez à comparer les contrats afin de profiter d’une assurance auto incluant les garanties nécessaires.

Si un assureur refuse de vous accepter en tant que client, adressez-vous au Bureau central de tarification (BCT). Crée en 1958 par l’État, le BCT a pour mission de permettre à tout conducteur de pouvoir souscrire une assurance minimum obligatoire. Le BCT étant un organisme indépendant, vous choisissez vous-même l’assureur auprès duquel vous souhaitez souscrire.

Mise à jour le