Vous êtes ici

Déménagement
Déménagement

Risque de black out : le bois appelé à la rescousse !

Pile de bois

Cette année encore, à l'approche des fêtes de Noël et de la saison hivernale, le risque de black out sur le réseau électrique français refait surface. Si sans la filière bois, la situation ne serait pas réglée, elle serait néanmoins bien plus critique ; c'est pourquoi son développement est encouragé par les professionnels du secteur.

Une pénurie d'électricité probable cet hiver

Un black out survient généralement en hiver durant les périodes de froid, lorsqu'un trop grand nombre de radiateurs, qui sont les appareils domestiques les plus énergivores, est allumé. L'équilibre du réseau électrique est alors fragilisé, car la demande en énergie des foyers avoisine la production, et si la première vient à dépasser la seconde, ce ne sont pas seulement les foyers en trop qui se voient privés d’électricité, mais bel et bien l'ensemble du réseau.

« Le chauffage au bois constitue une solution performante et indispensable pour maîtriser la pointe de consommation d’électricité, surtout en cas de faible disponibilité du parc électrique »

Damien Mathon, délégué général du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Les atouts du chauffage au bois

Les huit millions de foyers ayant une cheminée ou un poêle chez eux peuvent cependant opter pour une solution alternative à l’électricité pour pallier à une éventuelle interruption de chauffage à leur domicile : la combustion du bois. La filière du bois souligne ces instabilités structurelles pour inciter les consommateurs à équiper leur domicile de ce moyen de chauffage, ou à l'utiliser davantage s'ils en bénéficient déjà. Et les arguments pour promouvoir le bois ne manquent pas : économies d'énergie, coûts de la matière première avantageux, empreinte écologique faible et convivialité garantie !

En effet, contrairement aux idées reçues en matière d'émissions de CO2, le chauffage au bois affiche un bilan carbone presque neutre, car on intègre lors de son calcul le CO2 capté par les arbres lors de leur croissance. Ces résultats sont obtenus grâce à des appareils de chauffe neufs et des matériaux de bonne qualité, qui permettent de concurrencer en matière d'émissions de polluants les chaufferies filtrées actuelles.

En plus d'être une source d'énergie primaire locale et renouvelable, le bois s'avère être un combustible économique et avantageux pour les consommateurs qui se tournent vers ce système de chauffage, qui est à l'heure actuelle le moins cher du marché. Cet argument n'est pas négligeable à l'heure où le prix de l'énergie augmente inéluctablement.

Chaudière, poêle ou cheminée ?

Ainsi, un consommateur choisissant une solution de chauffage basée sur un combustible économique tel que le bois pourrait diviser ses factures de chauffage par deux. Mais alors, quelle option choisir ? Il existe en réalité trois types de chauffage s'appuyant sur le bois :

  • La chaudière à granulés de bois brûle des granulés pour diffuser la chaleur ainsi créée à travers le circuit de chauffage déjà existant dans l'habitation ;
  • Le poêle à granulés n'est quant à lui pas relié au chauffage de l'habitat mais nécessite une cheminée pour évacuer sans crainte les dégagements de fumée provoqués par la combustion ;
  • Enfin, le poêle à bûches, lui aussi relié à un conduit d'évacuation dédié, se recharge manuellement et selon les besoins, sur le principe de la cheminée.

Il est possible d'obtenir des comparatifs énergétiques et tarifaires des différentes solutions pour se chauffer et que les ménages peuvent recevoir des aides pour financer l'installation de tels équipements.

Adopter une telle alternative pourrait donc faire éviter de subir les éventuels problèmes du réseau électrique français en hiver, tout en se chauffant à moindre coût pour le porte-monnaie et l'environnement !

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus