Vous êtes ici

Déménagement
Déménagement

EDF signe un contrat majeur pour l'acquisition de l'activité réacteurs nucléaires d'Areva

Centrales nucléaire avec longue trainée de vapeur

2,5 milliards d’euros : c’est la somme pour laquelle EDF va acquérir l'activité réacteurs d'Areva. Le contrat signé mercredi dernier, se veut la clé de voute du plan de sauvetage du géant du nucléaire public. Les deux groupes ont annoncé mercredi la signature du contrat pour l'acquisition par EDF de l'activité réacteurs d’Areva, qui s’engage un peu plus sur la voie de son rétablissement.

Le sauvetage d'Areva passe par la restructuration de ses activités

Cette transaction, valorisant Areva NP à 2,5 milliards d'euros, sera bouclée au deuxième semestre de 2017. La transaction autorise enfin le feu vert des autorités de concurrence européennes au plan de sauvetage d'Areva ; qui implique par ailleurs deux augmentations de capital, d'un montant global de cinq milliards d'euros, avec une souscription majoritaire de l'État français.

Une transaction décisive pour l’avenir d’Areva, comme le souligne Philippe Knoche, directeur général du groupe, dans un communiqué : « nous franchissons avec cette signature une nouvelle étape importante dans le recentrage d'Areva sur les activités de maîtrise du cycle du combustible, notre cœur de métier. La conclusion de cet accord renforce notre détermination pour poursuivre la mise en œuvre de notre plan d'actions ».

Après l’information-consultation des instances représentatives des personnels, maintenant finalisée ; la réalisation de la transaction, prévue pour le deuxième semestre de l’année 2017, reste notamment soumise à :

  • l’obtention de conclusions favorables de l‘Autorité de Sûreté du Nucléaire (ASN) au sujet des résultats des essais concernant le circuit primaire du réacteur de Flamanville 3 ;
  • la finalisation et la conclusion satisfaisante des audits qualité dans les usines du Creusot, de Saint-Marcel et de Jeumont ;
  • l’approbation des autorités compétentes en matière de contrôle des concentrations.

Vers une refondation de la filière nucléaire française

Michel Sapin, ministre de l'Économie et des Finances et Christophe Sirugue, secrétaire d'État chargé de l'Industrie, ont tous deux félicité le franchissement d'une étape fondamentale dans« la refondation de la filière nucléaire française » ajoutant que « l'augmentation de capital d'Areva prévue au début de l'année 2017 constitue la prochaine étape importante ; l'État tiendra ses engagements ». De nouveaux investisseurs sont attendus par Areva ; leurs offres potentielles pour une entrée au capital de NewCo, permettraient l’émergence d’un « nouvel Areva » davantage centré sur le combustible nucléaire. Plusieurs investisseurs sont déjà pressentis dont le japonais MHI, le kazakh Kazatomprom et le chinois CNNC.

Pour Jean-Bernard Lévy, Président Directeur-Général du Groupe EDF le contrat marque « une étape décisive dans la refondation de la filière nucléaire française. Avec EDF en chef de file du nucléaire français, ce rapprochement permettra à notre industrie d'être plus performante et efficace dans la réalisation de travaux majeurs comme le grand carénage du parc et la construction de nouvelles centrales nucléaires. Nous serons aussi plus forts et plus compétitifs pour conquérir de nouveaux marchés à l'international ».

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus